dimanche 29 novembre 2009

Greluche, édition collector.

Pour peu qu'il vous arrive de passer par ici de temps en temps, vous avez peut-être l'impression que la promo « un article de Grande Greluche offert pour un regard condescendant posé ici » est maintenant périmée. Alors, en client insatisfait, vous prenez vos clics et allez les poser ailleurs.

Le pire, c'est que quelque part, ça m'amuse, de ressurgir quand plus personne n'y croit, alors qu'on m'a enterrée, qu'on a vaguement chouiné pour faire bien sur les photos-souvenir, qu'on a quand même bu du champagne parce qu'il ne fallait pas le gâcher et qu'on a décidé dès le lendemain que ça y est, on avait fait son deuil.

Pourtant, j'ai bien conscience qu'à force de me déterrer avec le même air triomphalo-narquois, l'effet de surprise est bousillé, et qu'on ne se force même plus à avoir l'air heureux.
Je songe même à intituler le monde de Gr-Gr « 1001 lettres d'excuses pour justifier mon absence ».

Mais regardez mieux, n'y a-t-il pas quelque chose de changé, chez la Grande Grue fraîchement exhumée..?

(il ne s'agit pas ici d'énumérer les points qui la rapprochent d'une figurante découpée pour une scène d'autopsie de NCIS, ndla)

Simplement, ça y est, ma formation d'éditrice commence à faire effet.

Regardez, j'ai un code isbn tatoué derrière l'oreille, et je suis prête à faire tout un tas de procès pour protéger mes droits d'auteur. Je peux passer des heures en tête à tête avec Flash et InDesign pour tenter de faire des mises en pages interactives merveilleuses. Le code typographique est mon ami. J'ai développé un certain réflexe de froncement du nez lorsqu'on doit évoquer « les droits d'auteur que Gallimard se garde sous le coude ». Je sautille vaguement devant un cromalin corrigé (sans réussir à discerner les corrections, mais je prends un air très pro en disant « ah ben oui, ben oui, ben c'est beaucoup mieux ».)

Tous ces détails attendrissants ne m'ont pas vraiment surprise, au fond.


Mais pour ce qui est de traverser Paris avec un pantalon doré et des boucles d'oreilles rose vif...
Pour ce qui est de découvrir combien Noisy-le-grand est touristique, la nuit, sous la pluie, dans le froid, sans batterie (mais où est passée l'autre moitié des gens qui nous suivait il y a deux secondes...?)...
Pour ce qui est de trouver la phrase la plus judicieuse contenant « plancton » ET en rapport avec le journalisme en ligne...
Pour ce qui est des spasmes rieurs terrifiants qui rythment la PAO...
Pour ce qui est de constater avec effroi que la quatrième dimension s'inspire directement de la population de Noisy-Champs...
Pour ce qui est d'apprendre qu'il existe un Gang de Typographes...
Pour ce qui est de la compilation de photos compromettantes qui circule maintenant sous le nom de code « Avez-vous déjà Vu ? »...
Pour ce qui est du championnat du saut de grenouille Kinder en couloir...
Pour ce qui est de la mode des Collants Hideux et des cercueils portables...

Pour tout ça, j'étais PAS prévenue.

baleine2_copie

Et comme une baleine à l'affût de planctons, la Greluche
se replongea avec grâce dans ses péripéties tordues.


Posté par Polate à 11:23 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Greluche, édition collector.

    Aaaaaah les petits bonheurs d'avoir une vie sociale "active"... C'est comme pour les kinder surprises ! tu sais pas ce que tu vas trouver comme cadeau dedans! (ou comme la boîte de chocolats de Forest Gump)

    D'ailleurs comment ça se passe pour les "droits d'auteur" quand tu publies sur internet ?

    Posté par Lys, vendredi 4 décembre 2009 à 12:19 | | Répondre
  • Grmpf... ça m'l'avait encore jamais fait les "post" en double... c'est pas top quand meme... désolé :/

    Posté par Lys, dimanche 6 décembre 2009 à 16:42 | | Répondre
  • Bah...

    Je l'ai supprimé, puisque tu y tiens, mais moi j'aimais bien, cette soudaine profusion de commentaires, hein. (oui, je suis très attachée aux choses futiles).

    Pour ce qui est des droits d'auteur sur le net, finalement, on est en plein débat. Tape "hadopi", "Google édition" et autres merveilles dans l'onglet "Actualité" de ton moteur de recherche, et déguste le flou artistique complètement bordélique dans lequel nous sommes tous plongés...
    Je dois être la seule à m'y extasier, ceci dit.

    Posté par Grande Greluche, dimanche 6 décembre 2009 à 21:46 | | Répondre
Nouveau commentaire